Clinique
Comme avant, même mieux qu'avant !
Les types de céphalées

Les différents types de céphalées (maux de tête)

Les céphalées, communément appelées les maux de tête, se distinguent en trois principales catégories, celles-ci étant les céphalées primaires, les céphalées secondaires et les céphalées neuropathiques. Les céphalées primaires incluent les migraines et les céphalées de tensions, tandis que les céphalées secondaires incluent les céphalées cervicogéniques. Ce sont ces trois types de céphalées qui seront davantage élaborés dans cet article, puisqu’il s’agit des sortes de céphalées les plus rencontrées. Les céphalées neuropathiques, quant à elles, incluent les névralgies.

Les céphalées primaires

Les céphalées primaires n’ont pas d’origine spécifique. Elles se distinguent en trois catégories, celles-ci étant les migraines, les céphalées de tensions et les céphalées autonomiques du trijumeau.

La migraine est la céphalée primaire la plus incapacitante. Elle se caractérise par une douleur unilatérale, pulsatile et d’une durée de 4 à 72 heures. Elle est accompagnée de photophobie et/ou de phonophobie, c’est-à-dire la sensibilité à la lumière et/ou au son, ainsi que de possibles nausées et vomissements selon la sévérité de la crise. La migraine est parfois accompagnée d’aura, soit une période d’une durée de 30 à 60 minutes lors de laquelle des symptômes précurseurs se manifestent. Il s’agit d’une période lors de laquelle l’installation de la migraine peut se renverser, et ce, lorsqu’elle est détectée.

La céphalée de tension est la céphalée la plus fréquente. On estime que près de 40% de la population générale en souffre. Elle se caractérise par une douleur bilatérale, non pulsatile et d’une durée de 30 minutes à 7 jours. Elle est accompagnée de douleur irradiant vers le cou, de sensations de serrement et de pression, ainsi que de tensions musculaires diffuses.

Les céphalées secondaires

Les céphalées secondaires ont une origine spécifique, c’est-à-dire qu’elles proviennent notamment d’une problématique musculosquelettique, circulatoire, visuelle ou autre. Elles se distinguent donc en plusieurs catégories, et ce, en fonction de leur origine spécifique.

La céphalée cervicogénique se caractérise par une douleur projetée au niveau orbital, supra orbital, temporal ou occipital, et ce, à partir d’une structure cervicale. La douleur est unilatérale, non alternante, non pulsatile et d’une durée variable.

Les autres céphalées secondaires peuvent provenir d’un traumatisme crânien ou cervical, notamment un traumatisme crânio-cérébral ou un trouble associé à l’entorse cervicale. Elles peuvent aussi provenir d’une problématique circulatoire, notamment une dysfonction artérielle cervicale ou un accident vasculaire cérébral. Une problématique visuelle ou au niveau de la mâchoire, c’est-à-dire une dysfonction temporo-mandibulaire, peuvent aussi en être la source.

Les céphalées neuropathiques

Les céphalées neuropathiques se caractérisent par une douleur projetée à la tête par l’atteinte d’une racine nerveuse ou d’une branche nerveuse crâniale ou cervicale. La névralgie est une céphalée neuropathique qui se traduit en douleur unilatérale et non pulsatile au niveau temporal ou occipital. Elle se caractérise par une sensation de brûlure qui peut être accompagnée d’une atteinte sensorielle.

Le rôle de la physiothérapie

Il est démontré que l’approche pharmacologique pour le soulagement des céphalées permet des résultats limités, d’où la raison pour laquelle les normes recommandent une approche multimodale.

Le physiothérapeute saura vous évaluer, vous traiter, vous guider et vous outiller tout au long de votre prise en charge en physiothérapie. Il possède les capacités nécessaires pour évaluer et traiter les déficiences et les limitations en lien avec la posture, la biomécanique crâniale et cervicale, les tensions musculaires et autres. Il possède également les connaissances nécessaires pour vous renseigner sur votre condition et pour vous accompagner dans la gestion de vos symptômes.

N'hésitez pas à consulter un physiothérapeute pour tout signe ou symptôme de céphalées, car ils sont fortement outillés pour prendre en charge l’évaluation et le traitement de ces atteintes pouvant fortement incapaciter votre quotidien.

Référence

Chapitre 6 : Céphalées. PHT-2312 : Physiothérapie musculosquelettique 3 : Quadrant supérieur. [En ligne]. Université de Montréal : Faculté de médecine, Département de physiothérapie, Hiver 2020. Disponible : https://studium.umontreal.ca/

Articles liés

Concept anatomique 3D d'une douleur au coude

Élevez votre jeu : La thérapie par ondes de choc et au laser pour le traitement du tennis elbow et du golfer's elbow

Chers amis golfeurs et amateurs de tennis, êtes-vous fatigués d'être fre...
Lire tout l'article
Douleur chronique aux poignets

Douleur chronique : La physiothérapie peut vous aider

Les mots « douleur chronique » portent à croire que la douleur...
Lire tout l'article
Gabrielle Caruana, physiothérapeute à la clinique Saint-Eustache / Deux-Montagnes

3 niveaux d'exercices pour votre entorse à la cheville

Reprenez en douceur après une entorse à la cheville! Voici trois ni...
Lire tout l'article

Autres articles de cet auteur